COVID-19 en médecine générale - FAQ

Face aux nombreuses questions soulevées par les professionnel·le·s de médecine générale, nous avons rassemblé ici les réponses aux plus fréquentes d’entre elles. 

Ce document est mis à jour quotidiennement les jours ouvrables, selon les questions qui nous sont posées. Par ailleurs, il est développé conjointement avec l’Institut de médecine de premiers recours et l’Unité des Internistes Généralistes et Pédiatres des HUG.
Enfin, une hotline INFOSANTE, dédiée uniquement aux professionnels de la santé du canton de Vaud, est ouverte 7/7jours, de 8h00 à 20h00, : 0848 477 477.

SANTÉ DU PERSONNEL ET MESURES DE PROTECTION

 

  • Quelles sont les principaux modes de transmissions connus à l’heure actuelle?

Selon l’OFSP, les principaux modes de transmissions sont : 

  • Les contacts étroits et prolongés : c’est-à-dire si l’on se tient pendant au moins 15 minutes à moins de 2 mètres d’une personne malade.
  • Les gouttelettes : si une personne malade tousse ou éternue, les virus peuvent atteindre directement les muqueuses du nez, de la bouche ou des yeux.
  • Les mains : des gouttelettes infectieuses peuvent se trouver sur les mains après avoir toussé, éternué ou touché des surfaces contaminées. Elles atteignent ensuite la bouche, le nez ou les yeux lorsqu’on se touche le visage.

 

  • Dois-je porter le masque aussi durant les pauses de midi par exemple ?

Tous les professionnel·le·s qui sont en contact avec les patient·e·s doivent porter un masque de soins pendant tout le temps de travail, à l'exception des pauses-repas. Pour manger, respectez la distance sociale de sécurité d’un mètre. 

Merci de consulter le document « Information Masques » lié à l’algorithme pour les règles de bon usage du masque.

 

  • Quelle est la différence entre un masque de soins (chirurgical) et un masque FFP (appelé en anglais « filtering facepiece ») ?

Selon l’INRS (Institut National de Recherche et Sécurité, France) un masque de soins (ou chirurgical) est un dispositif médical. Il est destiné à éviter la projection vers l’entourage des gouttelettes émises par celui qui porte le masque. Il protège également celui qui le porte contre les projections de gouttelettes émises par une personne en vis-à-vis. En revanche, il ne protège pas contre l’inhalation de très petites particules en suspension dans l’air. On distingue trois types de masques :

  • Type I : efficacité de filtration bactérienne > 95 %.
  • Type II : efficacité de filtration bactérienne > 98 %.
  • Type IIR : efficacité de filtration bactérienne > 98 % et résistant aux éclaboussures.

Un masque de protection ultrafiltrant FFP est un appareil de protection respiratoire. Il est destiné à protéger celui qui le porte à la fois contre l’inhalation de gouttelettes et des particules en suspension dans l’air, qui pourraient contenir des agents infectieux. Le port de ce type de masque est plus contraignant (inconfort thermique, résistance respiratoire) que celui d’un masque chirurgical. Il existe trois catégories de masques FFP, selon leur efficacité (estimée en fonction de l’efficacité du filtre et de la fuite au visage). Ainsi, on distingue :

  • Les masques FFP1 filtrant au moins 80 % des aérosols (fuite totale vers l’intérieur < 22 %).
  • Les masques FFP2 filtrant au moins 94 % des aérosols (fuite totale vers l’intérieur< 8 %).
  • Les masques FFP3 filtrant au moins 99 % des aérosols (fuite totale vers l’intérieur < 2 %).

 

  • Où trouver des masques et du matériel pour frottis ?

Merci de vous référer aux documents en lien avec l’algorithme « Information Masques » et « procédure pour le frottis ».

 

  • Faut-il un masque FPP2 pour réaliser le frottis naso-pharyngé ?

L’OFSP ne recommande pas le port de masques FFP2/3 aux professionnel·le·s de la santé qui réalisent des frottis naso-pharyngés et des frottis de gorge à la recherche de SARS-CoV-2 chez des personnes avec des symptômes d’affection aiguë des voies respiratoires. Les masques d’hygiène sont suffisants pour protéger des infections par gouttelettes, lors de procédures médicales ne générant que peu d’aérosols. Les frottis naso-pharyngés ne sont pas des procédures entraînant la formation d’un aérosol important, un masque d’hygiène est donc suffisant. 

 

  • Quels sont les critères et la démarche pour se faire dépister de la COVID-19 ? (Valable au 14.04.20 Site Internet HPCI, Canton de Vaud)

Selon les recommandations de l’OFSP, un dépistage est indiqué uniquement pour les personnes qui présentent les critères cliniques de la COVID-19 (symptômes aigus des voies respiratoires (par ex. toux, maux de gorge, souffle court) et / ou fièvre >= 38°C et/ou apparition soudaine d’une anosmie ou d’une agueusie) et au moins un des critères suivants :

  • Personne hospitalisée, quelle que soit la sévérité des symptômes
  • Personne particulièrement vulnérable (cf. document groupe à risque de complication)
  • Professionnel·le de santé : en contact avec des patient·e·s ou des résident·e·s d'EMS

Concernant les femmes enceintes suivre les recommandations de la société suisse gynécologie-obstétrique

 

  • Puis-je travailler en attendant les résultats de mon frottis si je travaille en contact avec des patient·e·s ?

Tant que vous n’avez pas de symptômes qui vous empêchent de travailler comme la fièvre, vous pouvez théoriquement travailler avec un masque pendant le temps de travail et observer une hygiène des mains stricte. Cependant, si vous pouvez être remplacé au travail et en accord avec votre responsable, il serait préférable de rester à la maison. Si vous avez de la fièvre (votre température est égale ou supérieure à 38°), vous devez rester à la maison.

Si le résultat est négatif

Vous pouvez aller travailler avec un masque, en continuant à observer les règles d’hygiène recommandées. Si les symptômes (toux et/ou fièvre) persistent, contactez votre médecin traitant.

Si le résultat est positif et confirme que vous avez une infection à la COVID-19

Vous devez rester à domicile en auto-isolement 10 jours au minimum depuis le début des symptômes, dont 48 heures sans fièvre, avant de pouvoir revenir travailler.

 

  • Si je vis avec une personne malade testée ou non ?

Pour les professionnel·le·s de la santé (port du masque au travail) qui travaillent en contact avec des patient·e·s et qui ont été en contact sans protection : pas d’auto-quarantaine. Tant que vous n’avez pas de symptômes, vous pouvez travailler avec un masque pendant le temps de travail.

 

  • Quand peut-on revenir au travail après la COVID-19?

Un isolement à votre domicile d’au moins 10 jours. Il s’agit aussi d’observer une disparition de vos symptômes pendant au minimum 48 heures ou une nette diminution de ceux-ci. A noter qu’une toux résiduelle peut persister plusieurs jours. De même une anosmie peut également persister. Le port du masque est alors recommandé pendant toute la durée de l'anosmie. Discutez-en avec votre médecin traitant.

 

  • De retour au travail, comment se protéger ?

Le respect des mesures de prévention, d'hygiène et de distanciation sociale est un gage de sécurité pour tous. Merci de consulter le document « Désinfection des mains » et « Information Masques ».

 

  • Vous avez une question à laquelle vous n’avez pas trouvé de réponse dans cette FAQ ?

Envoyez ici.