FAQ - Patients

FAQ pouvant aider les cabinets (en particulier les assistantes médicales) à répondre aux questions émanant des patient·e·s 

Combien de temps se passe-t-il entre l’infection et l’apparition de la maladie? A partir de quand une personne est-elle contagieuse ?

Selon l’OFSP, la période d’incubation du nouveau coronavirus qui correspond au temps entre l’infection et l’apparition des premiers symptômes est de 3 à 7 jours.  Toutefois, elle peut s’étendre jusqu’à 14 jours. Il est possible que l’on soit contagieux avant, c’est-à-dire peu avant l’apparition des symptômes.

Plus de détails disponibles en consultant le document CoVid-19 Aspects cliniques

Les antibiotiques sont-ils efficaces pour prévenir et traiter l'infection par le nouveau coronavirus ?

Non, les antibiotiques n’agissent pas contre les virus, mais seulement contre les bactéries. Par conséquent, les antibiotiques ne doivent pas être utilisés comme moyen de prévention ou de traitement du CoVID-19. Cependant, certains patients.e. s peuvent recevoir des antibiotiques car une co-infection bactérienne est possible.

Plus de détails disponible en consultant le document CoVid-19 Aspects cliniques

Quelles sont les recommandations actuelles en matière de prévention du nouveau coronavirus?

Les recommandations générales pour se protéger du nouveau coronavirus sont édictées par l’OFSP. Pour les consulter, cliquez ICI. A noter que des recommandations particulières ont été émises par l’OFSP pour les personnes vulnérables. Vous pouvez les consulter ICI (la liste des catégories de personnes vulnérables se trouve en annexe 6 de l’Ordonnance 2 COVID-19).

Par ailleurs, des mesures préventives de protection de l’entourage et de la population sont également à adopter si vous êtes atteint du CoVID-19 (mise en isolement) et si vous avez été en contact avec des cas avérés (mise en quarantaine). Merci de les consulter.

Même si vous restez actuellement à la maison, l’activité physique régulière est bénéfique. Elle fortifie le corps et les défenses immunitaires, remonte le moral et peut réduire le stress et les angoisses. Restez actif et ne restez pas assis trop longtemps.

  • Trucs et astuces pour bouger chez soi du réseau suisse Santé et activité physique: www.hepa.ch consulté le 07 mai 2020
  • Exercices quotidiens : force, équilibre et mental sur www.equilibre-en-marche.ch consulté le 07 mai 2020
  • Exercices avec Prosenectute sur www.prosenectute.ch ICI consulté le 07 mai 2020
  • Exercices avec Unisanté  ICI consulté le 07 mai 2020

Est-ce que le Covid-19 peut se transmettre par les aliments ?

Non, sur la base des connaissances actuelles. Selon l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), aucun cas de transmission du Covid-19 via les aliments n’est connu à ce stade. Sur la base de l’expérience des précédentes épidémies dues aux coronavirus apparentés, il n’y a aucune preuve d’une telle transmission. Cependant, malgré l’absence de preuve à ce jour d’une transmission du virus via des aliments, les experts n’excluent pas complètement le risque d’une infection par un aliment contaminé. Il s’agirait d’une infection des voies respiratoires lors de la mastication d’un tel aliment. La contamination d’un aliment est principalement due à l’entrée en contact de celui-ci avec des gouttelettes expulsées par une personne infectée par le virus (la toux, les éternuements ou des contacts avec des mains souillées). L’OFSP recommande de respecter les règles d’hygiène afin de réduire tout risque de contamination alimentaire. De plus, il est déconseillé aux personnes malades de préparer les repas pour les autres.

Pour plus d’informations concernant l’hygiène alimentaire :  www.savourerensecurite.ch

Source : FAQ Unisanté-Alimentation-Covid-19

Faut-il éviter de manger légumes et fruits car ils présentent un risque de contamination ?

Non. Les légumes et fruits représentent une part importante d’une alimentation équilibrée plus que jamais nécessaire à notre bien-être physique et mental. Respecter les règles d’hygiène alimentaire est la mesure primordiale pour diminuer tout risque de contamination, même si aucun cas de transmission par l’alimentation n’est connu à ce jour. Le lavage des légumes et fruits est une règle importante. L’eau du robinet suffit, inutile donc d’ajouter d’autres produits. Il est bien évidemment aussi crucial de respecter les règles d’hygiène alimentaire de base : Recommandations d’hygiène alimentaire de l’OSAV F www.savourerensecurite.ch L’Anses* va plus loin en recommandant d’essuyer, après lavage, avec du papier de ménage jetable les légumes et fruits destinés à être mangés crus. Quant aux légumes et fruits consommés cuits, le virus est inactivé par une cuisson normale. *Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail en France

Source : FAQ Unisanté-Alimentation-Covid-19

Vidéo didactique disponible en consultant le Site CHUV

Est-il nécessaire de laver ou désinfecter les emballages des aliments après l’achat ?

Non. Selon l’Office fédéral de la Sécurité Alimentaire et des affaires Vétérinaires (OSAV), aucun cas de transmission du Covid-19 via les emballages d’aliments n’est connu à l’heure actuelle. Il précise que la propagation du virus semble être faite essentiellement par la transmission des gouttelettes infectées entre humains. L’OSAV ne voit donc aucune raison de laver ou de désinfecter les emballages après l’achat. Cet avis est partagé par les autorités sanitaires allemande et belge. Celles-ci n’excluant pas le risque que le virus soit brièvement présent sur les emballages tout en précisant que le risque de transmission est beaucoup plus faible que celui lié à un contact direct avec une personne infectée. Cependant, il est important d’observer les règles d’hygiène. L’OSAV recommande de ne pas se toucher le visage avant de se laver les mains, de respecter les règles d’hygiène alimentaire ainsi que les recommandations d’hygiène de l’OFSP.

Source : FAQ Unisanté-Alimentation-Covid-19

Vidéos d’explication : ICI consulté le 07 mai 2020

Est-ce qu’on est immunisé une fois qu’on a eu le CoVID-19 ?

Après avoir rencontré un virus, notre organisme développe des défenses immunitaires appelées anticorps, lui permettant de se défendre contre ce virus. Bien que nous soyons encore à un stade trop précoce pour se prononcer sur cette question, les premières données scientifiques semblent indiquer qu’une re-contamination est peu probable. Cependant la durée de protection par ces anticorps n’est pas connue à ce jour.

Qu’en est-il du port de masques ?

Nous vous proposons de consulter les recommandations générales de l’OFSP : ICI

Erreurs à éviter lors du port du masque

Erreurs lors du port du masque.

L’utilisation d’une écharpe ou foulard est-il utile ?

Il n’existe aucune étude ce jour évaluant l’efficacité des foulards ou écharpes en tant que « masques » pour se protéger de virus. Cette pratique est déconseillée.

Le coronavirus peut-il se transmettre sexuellement ?

On ne sait pas. A ce jour, il n’est pas signalé comme une infection sexuellement transmissible. Les rapports sexuels impliquant un contact étroit, la salive et le toucher sont les moyens de transmettre le virus.

Le coronavirus peut-il être transmis à mon animal si je suis positive ?

Selon l’OFSP, les détenteurs d’animaux qui sont isolés à la maison en raison du coronavirus doivent éviter autant que possible tout contact avec leurs animaux de compagnie (chats, chiens, lapins, etc.). Une personne en bonne santé doit s’occuper de leurs animaux. Si les chiens doivent sortir, ils doivent être tenus en laisse et la promenade doit être brève. Il faut éviter autant que possible le contact avec d’autres personnes et d’autres animaux. Les chiens et les chats qui se trouvent dans un foyer en quarantaine ne doivent pas spécialement être toilettés ou désinfectés.

La mesure suivante vaut pour tous : se laver les mains après tout contact avec un animal.

Vous trouverez des informations plus précises sur les règles concernant les animaux durant la situation extraordinaire due au coronavirus sur le site de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV)

Source : Site OFSP

Sur les surfaces combien de temps peut-il persister ?

Des études et les informations préliminaires sur la COVID-19 tendent à montrer que les coronavirus peuvent persister sur les surfaces quelques heures à plusieurs jours. Ceci peut dépendre du type de surface, de la température ou l’humidité ambiante. Les produits de nettoyage et désinfectants couramment utilisés (eau de Javel, éthanol 70%) sont efficaces contre le COVID-19.

 

Par exemple après ses courses, il est donc conseillé de se débarrasser autant que possible des emballages inutiles (plastique, cartons, etc), puis de se désinfecter les mains. Plus de détails disponible dans le document CoVid-19 Aspects cliniques

Comment laver mon linge et les surfaces ?

Selon l’Office du Médecin Cantonal, nettoyer et désinfecter les surfaces touchées telles que les poignées de portes, tables de chevet, cadres de lit et autres meubles de chambre à coucher quotidiennement avec un désinfectant ménager ordinaire (Javel). • Nettoyer et désinfecter les surfaces des salles de bain et des toilettes après chaque usage avec un désinfectant ménager ordinaire (Javel).

Source : Reponses-du-medecin-cantonal-aux-questions-frequentes

 

 Selon l’OMS, il faut laver les vêtements, les draps et les serviettes de toilette à la main en utilisant de la lessive ordinaire et de l’eau, ou à la machine à 60–90 °C avec de la lessive ordinaire, et les sécher soigneusement. Placer le linge contaminé dans un sac à linge sale. Ne pas secouer le linge sale et éviter tout contact direct de la peau et des vêtements avec les articles contaminés.

Source : Site de l'OMS

Est-ce que fumer augmente le risque d’attraper le Covid-19 ?

On ne sait pas mais :

Fumer augmente la fréquence de contact entre les mains et la bouche ce qui augmente le risque d’infections virales. Fumer a un effet défavorable sur le système immunitaire ce qui rendrait les personnes fumeuses plus susceptibles aux infections virales. L’enzyme de conversion de l’angiotensine II (ACE2, présent à la surface des cellules) agirait comme récepteur au Covid-19 et serait ainsi une porte d'entrée du Covid-19 dans l'organisme humain. Des données récentes suggèrent que ce récepteur ACE2 est plus actif chez les personnes fumeuses, ce qui les rendraient plus à risque d’infection au Covid-19 comparativement aux personnes non-fumeurses. Cependant, les interactions entre la consommation de tabac et l’expression d’ACE2 semblent varier selon divers facteurs.

Source : Unisanté-faq_tabac-covid19

Est-ce que fumer augmente les risques de complications chez les malades atteints du Covid-19 ?

C’est possible car :

Fumer augmente le risque de maladies pulmonaires, réduit la capacité pulmonaire et entraine une inflammation des voies respiratoires, ce qui peut augmenter le risque de développer une pneumonie ou une grave complication chez les malades Covid-19. Fumer augmente le risque de maladie cardio-vasculaire et de diabète, qui sont aussi des facteurs d’aggravation chez les malades Covid-19. Selon certaines données, les personnes fumeuses présentent un risque plus élevé de développer une forme sévère de Covid-19. Toutefois cette association n’est pas retrouvée dans toutes les études disponibles à ce jour. D’autres facteurs tels que l’âge, le sexe et l’état de santé général jouent un rôle prépondérant dans le pronostic du Covid-19.

Source : Unisanté-faq_tabac-covid19

Qu’est-ce que le traçage ou contact tracing?

Le traçage est une enquête autour d’une personne diagnostiquée dans le but d’identifier toutes les personnes éventuellement contaminées par elle, afin de contrôler et limiter la propagation de la maladie. Il fait partie de la stratégie d’endiguement de l’épidémie.

Que veut dire filière « rapide » ?

La filière dite « rapide » permet d’effectuer facilement un test (frottis naso-pharyngé) pour savoir on est atteint du Covid-19, sans consultation médicale. Cette filière  s’adresse aux personnes répondant aux critères cliniques du Covid-19 (c’est-à-dire symptomatiques), mais non vulnérables, et dont l’état de santé ne nécessite pas de consultation. Pour les personnes vulnérables, une consultation médicale doit accompagner le test. 

Qu’est qu’un contact étroit ?

Les situations suivantes sont considérées comme des contacts étroits (risque d’infection élevé) :

personnes vivant sous le même toit, avec contacts à moins de 2 mètres pendant plus de 15 minutes avec le cas. Vous trouverez ici les mesures de protection à prendre en cas de contact étroit.

Pour aller un peu plus loin quelques références à disposition :

 

 

Sources utilisées pour réaliser la FAQ: