État de santé et prestations de la population vaudoise en long séjour médico-social au 31 octobre 2016

Abstract

Depuis une vingtaine d’années, les personnes qui résident en long séjour dans les EMS vaudois sont évaluées au moyen de l’outil PLAISIR© (PLAnification Informatisée des Soins Requis). Les informations collectées par cette méthode sont principalement utilisées à des fins de dotation en personnel et de financement des soins reconnus par la loi fédérale sur l'assurance-maladie (LAMal). Leur utilisation pour la prise en charge clinique et le système d’information sanitaire est très limitée.

Ce rapport fourni un aperçu global de l’état de santé et de la prise en charge des personnes résidant en long séjour dans les EMS du canton de Vaud, au 31 octobre 2016, sur la base des données collectées par l’outil PLAISIR©.

Alors que les trois quarts des personnes hébergées en long séjour médico-social sont âgées de 80 ans et plus et que le taux de recours à l’hébergement augmente avec l’âge, il ne touche qu’un tiers des personnes âgées de 95 ans et plus. Les femmes sont, par contre, davantage concernées puisqu’elles sont majoritaires, quelle que soit la classe d’âge considérée. Si la quasi-totalité des résident∙e∙s requiert de l’aide pour le bain ou la douche et l’hygiène personnelle, ce n’est en revanche pas le cas pour la mobilité dans le lit et la capacité à manger et boire qui restent préservées chez la grande majorité. Les personnes hébergées présentent presque toutes des troubles cognitifs, des problèmes de mobilité physique et/ou un risque de chute. L’incontinence urinaire est également très présente. Finalement, si la présence de troubles de l’humeur et du comportement varie beaucoup selon le problème considéré, nous avons relevé la très forte proportion de résident⋅e⋅s qui reçoit des psychotropes.

Type de publication : Raisons de santé
Groupes de recherche liés : Services de santé