Enquêtes populationnelles sur la victimisation et la délinquance chez les jeunes dans le canton de Neuchâtel

Abstract

La délinquance des jeunes et leur consommation de substances psychoactives sont des thèmes très médiatisés suscitant de nombreuses inquiétudes dans la population. Les enquêtes standardisées auprès des jeunes concernant la délinquance qu’ilsa ont expérimentée, en tant qu’auteurs ou victimes, constituent une source précieuse de données pour en étudier l’évolution, ainsi que pour mieux comprendre d’autres comportements à risque. Elles permettent également de décrire et de mieux cerner les contextes dans lesquels se produisent ces comportements et les facteurs qui leur sont associés. Ces enquêtes sont un moyen efficace de dresser un état des lieux qui va bien au-delà de ce que peuvent montrer les statistiques officielles de la police et de la justice.

Les enquêtes populationnelles sur la victimisation et la délinquance chez les jeunes dans le canton de Neuchâtel ont été effectuées sur mandat du Département de l'éducation et de la famille (DEF, Service de l'enseignement obligatoire) et du Département de la justice, de la sécurité et de la culture (DJSC, Police judiciaire). En 2010, un sondage auto-reporté a été mené auprès des élèves de 9ème année (correspondant aujourd’hui à la 11ème année HarmoS, dernière année de scolarité obligatoire) de l’ensemble du canton de Neuchâtel. La répétition de cette enquête en 2017 auprès des élèves en 11ème année HarmoS avait pour objectif principal d’observer l’évolution de la victimisation, de la violence et des autres comportements déviants. L’étude 2017 a également permis d’étudier de nouvelles formes de comportements comme les violences au sein des jeunes couples et les comportements des jeunes issus de minorités sexuelles.

La première partie de ce rapport présente l’évolution, entre 2010 et 2017, de la victimisation, de la violence, de la délinquance, du harcèlement entre pairs dans la perspective des victimes et des auteurs, de la consommation de substances psychoactives, ainsi que de l’état de santé de ces jeunes. Ce rapport se poursuit avec un état des lieux de ces mêmes indicateurs selon la voie scolaire en 2017. Nous continuons par une présentation des relations qu’ont les jeunes en couple et des éventuels comportements abusifs entre eux. Finalement, un chapitre est consacré aux minorités sexuelles.

Type de publication : Raisons de santé
Groupe de recherche lié : Évaluation et expertise en santé publique