Produits du tabac

  • Toutes les formes de tabac, quel que soit le mode de consommation, peuvent entraîner une forte dépendance à la nicotine et sont à l’origine de maladies et de décès.
  • Même si les produits avec nicotine sans tabac sont potentiellement moins nocifs, ils gardent cependant un fort potentiel addictif.
  • Arrêter de fumer vaut la peine à n’importe quel âge (le plus tôt est le mieux). C’est l’assurance de vivre mieux et plus longtemps en bonne santé.


Composition d’une cigarette

Les cigarettes contiennent de nombreuses substances toxiques. Certaines proviennent des feuilles de tabac, d’autres sont ajoutées par les fabricants de cigarettes, et une grande majorité apparaissent lorsque la cigarette brûle.

Feuilles de tabac
  • La nicotine : dans les feuilles de tabac, on trouve naturellement la nicotine. C’est elle qui est principalement responsable de la dépendance. Ses effets varient selon le dosage :
    • Symptômes en cas de surdosage léger : nausées, vomissements, vertiges ou encore maux de têtes
    • Mortalité possible pour de petites doses chez l’enfant ou si > 40 mg chez l’adulte
  • Substances cancérigènes (dont les nitrosamines), divers métaux lourds (ex : plomb, mercure, cadmium) et éléments radioactifs (ex : polonium, radium).
Additifs

Lors de la fabrication, l’industrie du tabac ajoutent de nombreux additifs, permettant de rendre les cigarettes plus attractives. Ils sont utilisés pour :

  • Masquer le goût amer de la fumée et adoucir la fumée inhalée (ex : menthol, sucre),
  • Augmenter l’effet de la nicotine (ex : cacao, ammoniaque),
  • Améliorer l’aspect de la cigarette et de sa fumée.

Ils encouragent la consommation et favorisent la dépendance des fumeurs. Ils peuvent représenter jusqu’à 10% du poids total des cigarettes.

Combustion du tabac

Elle génère diverses substances nocives, parmi lesquelles :

  • Des goudrons : ils se collent aux voies respiratoires et aux poumons et passent dans le sang. Ils représentent la principale cause des cancers liés au tabagisme.
  • Du monoxyde de carbone : ce gaz toxique pénètre dans les poumons et le sang, empêche l’oxygénation des muscles et organes (ex : cœur, cerveau), endommage les vaisseaux sanguins et cause des maladies cardiovasculaires (ex : crise cardiaque). Chez les femmes enceintes, il peut également ralentir la croissance du fœtus.
Filtres

Depuis les années 1950, des filtres fabriqués à partir d’acétate de cellulose (plastique) sont ajoutés aux cigarettes. Contrairement à ce que veut faire croire l’industrie du tabac, les filtres ne réduisent pas, mais augmentent le développement des maladies liées au tabac. Les fumeurs·euses prennent en effet des bouffées plus profondes et longues afin de maintenir leur « dose » de nicotine.

Comme les 2/3 des mégots sont jetés dans la nature, ils représentent par ailleurs une source de pollution environnementale supplémentaire.

La fumée de tabac contient plus de 7’000 substances chimiques, dont plus de 70 sont cancérigènes. Qu’elle soit aspirée de manière active ou passive, la fumée de cigarette est très dangereuse pour la santé.

Pour plus d’informations


Nouveaux produits

Cigarette électronique, vaporette, e-cigarette, vapoteuse

Cigarette électroniqueLes cigarettes électroniques (« e-cigarettes », « vaporette » ou « vapoteuse ») sont apparues sur le marché dans les années 2000. Ce sont des appareils électroniques portables, qui reproduisent les sensations d’une cigarette conventionnelle, sans la présence de tabac. Elles se composent d’un liquide (mélange de propylène glycol, glycérol, eau, arômes et souvent de nicotine), qui est chauffé par une résistance pour produire un aérosol à inhaler. Les cigarettes électroniques peuvent prendre différentes formes, s’activer manuellement ou automatiquement, être rechargeables ou jetables.

En raison de l’absence de combustion du tabac, les cigarettes électroniques ne génèrent pas de goudrons, ni de monoxyde de carbone. L’exposition aux composés toxiques est ainsi fortement diminuée par rapport à la fumée des cigarettes conventionnelles ou des produits du tabac chauffé. La présence de ces composés toxiques varie cependant grandement en fonction du dispositif utilisé, de son utilisation (bas ou haut voltage), ou encore de l’arôme consommé.

Soutiens à l’arrêt du tabac

Les cigarettes électroniques avec nicotine peuvent, au même titre que les substituts nicotiniques (à privilégier dans un premier temps), représenter une porte de sortie du tabagisme. Même si elles sont globalement bien tolérées, des effets secondaires mineurs ont été rapportés à court terme, comme p. ex. une irritation buccale, une toux ou des palpitations. Les effets secondaires à long terme restent encore largement méconnus. 

Cigarette électronique jetable (puff bars)

En 2020, les cigarettes électroniques jetables (p. ex. « Puff bars ») sont apparues sur le marché. Ressemblant à des surligneurs colorés, elles sont faciles à utiliser, peu chères et vendues sous une multitude de saveurs. Elles soulèvent d’importantes inquiétudes, puisqu’elles risquent d’être une porte d’entrée dans le tabagisme, notamment chez les jeunes, de par la gestuelle qu’elles impliquent et leur potentiel addictif très élevé (forte teneur en nicotine). Même si leurs effets sur la santé à long terme restent à ce jour inconnus, elles peuvent exposer à des substances chimiques nocives, dont certaines cancérigènes.

Pour plus d’informations

Tabac chauffé

  

produit tabac chaufféFace au recul des ventes des cigarettes conventionnelles, l’industrie du tabac a développé de nouveaux dispositifs qui « chauffent » du tabac. Les produits de tabac chauffé (heated tobacco product en anglais) sont commercialisés sous les appellations IQOS pour Philip Morris International, glo pour British American Tobacco et Ploom Tech pour Japan Tobacco International.

Etudes indépendantes

Des études indépendantes ont montré que la plupart de ces dispositifs induisent une dégradation thermochimique – pyrolyse – et produisent une fumée contenant (bien qu’à des concentrations moindres) les mêmes substances toxiques que la fumée de cigarettes conventionnelles (p. ex. l'acétaldéhyde, un composé organique volatil cancérigène ou encore du monoxyde de carbone). Des études doivent encore évaluer, à long terme, les effets de ces dispositifs sur la santé.

Les produits de tabac chauffé contiennent par ailleurs de la nicotine qui peut engendrer une forte dépendance. Ils ne représentent donc pas un outil d’aide à l’arrêt.

Contourner la taxation du tabac

Pour l’industrie, ces produits servent à renormaliser le tabagisme et à contourner les règlementations, notamment sur la taxation du tabac. Avec une imposition à 12 % du prix de vente (contre 52 % pour les cigarettes conventionnelles), les produits du tabac chauffé profitent d’une réglementation avantageuse qui permettent aux fabricants de générer des profits élevés pour leurs actionnaires.   

Pour plus d’informations

Tabac oral : tabac à chiquer et snus

SnusLe tabac oral (sans fumée) se présente sous différentes formes :

  • Tabac à chiquer ou à mâcher : composé de feuilles de tabac, coupées en lamelles, et conditionnées en plaques.
  • Snus : constitué de tabac moulu et humidifié, conditionné en petits sachets (parfois blanchis). Il est placé dans la bouche, souvent entre la lèvre et la gencive. Il est surtout consommé dans les pays scandinaves. Sa vente est autorisée en Suisse et en Suède (interdite dans les autres pays de l’Union européenne).
  • Sachets nicotinés : (aussi appelés snus sans tabac ou nicotine pouches) ne contiennent pas de tabac, mais de la nicotine (souvent en forte dose). Ils sont souvent aromatisés (p. ex. menthe). Ils sont potentiellement moins nocifs que les produits oraux avec tabac.

Ces trois formes de tabac peuvent entrainer une dépendance rapide à la nicotine. Ils contiennent les substances cancérigènes du tabac (dont les nitrosamines) et de nombreux additifs (sucre, ammoniaque, etc.) qui peuvent aggraver l’addiction.

Une consommation régulière peut altérer la santé bucco-dentaire, provoquer des cancers de la bouche, de l’œsophage et du pancréas, ainsi que des maladies cardiovasculaires.

Pour plus d’informations


Cigarettes et cigares

Cigarettes roulées

Les cigarettes roulées à la main sont tout autant toxiques, voire même davantage que les cigarettes conventionnelles. Elles sont moins chères et perçues comme moins nocives. Cela s’explique par :

  • Une teneur en nicotine plus élevée due à une plus grande quantité de tabac (cigarette plus dense) ;
  • Une exposition plus importante aux goudrons et monoxyde de carbone. Comme le tabac à rouler brûle moins bien et s’éteint, sa consommation nécessite :
    • Plusieurs allumages, ce qui induit une augmentation de la température de combustion ;
    • Des changements de consommation, avec des bouffées plus nombreuses et plus longues.
    • Une qualité de tabac et de papier utilisée moins bonne.
Cigarettes « légères »

CigaretteLes cigarettes dites « légères » donnent l’impression d’être moins dangereuses pour la santé. Ce n’est pas vrai. Le·la fumeur·euse recherchera en effet « sa dose » de nicotine en fumant différemment :

  • Bouffées/inhalation plus nombreuses, plus fortes et plus longues.
  • En conséquence : exposition accrue des poumons à la fumée, absorption accentuée de goudrons et de substances cancérigènes.

Les cancers causés par les cigarettes « légères », situés plus bas dans les poumons, ont tendance à être découverts plus tard et sont plus difficiles à soigner que ceux provoqués par les cigarettes classiques.

Même si les appellations « légères » ou « mild » sont interdites sur les paquets de cigarettes, les industries du tabac utilisent des codes-couleurs pour différencier ceux contenant plus ou moins de nicotine ou de goudrons (ex : couleur rouge pour les paquets aux taux élevés ; couleur bleue pour les moins forts).

Cigarettes « sans additifs », « naturelles » ou « biologiques »

CigaretteLes cigarettes « sans additifs », « naturelles » ou « biologiques » donnent faussement l’impression d’être moins dangereuses pour la santé que les cigarettes conventionnelles. Il s’agit simplement d’un argument marketing. Ces produits sont en réalité tout aussi nocifs.  

  • Les principales substances toxiques sont générées lors de la combustion, quelle que soit la manière dont le tabac est cultivé ;
  • La nicotine (fortement addictive) et des nitrosamines (cancérigènes) sont présentes dans toutes les plantes de tabac, quelle que soit sa méthode de cultivation ;
  • Le tabac, cultivé de façon biologique ou non, a des conséquences désastreuses sur l’environnement.

La loi fédérale sur les produits du tabac (LPTab), dont l’entrée en vigueur est prévue début 2024, interdira l’utilisation des termes « sans additifs », « bio » ou « naturel » sur les paquets de cigarettes.

Cigares, cigarillos et pipes

Cigare et pipeLa consommation de cigares, de cigarillos ou de pipe n’est pas moins dangereuse que celle de la cigarette même si elle est plus irrégulière et que la fumée n’est pas inhalée dans les poumons (« crapotage »).

  • Une bouffée de fumée de cigare contient plus de nicotine, de substances toxiques et cancérigènes qu’une bouffée de fumée de cigarette.
  • Les fumeurs de cigares courent un fort risque de développer une dépendance à la nicotine et des cancers (gorge, bouche et poumons).
  • Fumer le cigare expose également l’entourage au tabagisme passif.

Pour plus d’informations


Autres produits

Pipe à eau, shisha, narguilé

ChichaLa pipe à eau, appelée aussi shisha, chicha, narguilé ou hookah, plaît par son côté exotique et sa nature présumée sans danger. Elle est populaire chez les jeunes, en raison de l’emploi de tabac aromatisé et du passage de la fumée à travers l’eau.

Contrairement aux idées répandues, la pipe à eau présente les mêmes risques pour la santé que la consommation de cigarettes conventionnelles, car :

  • Le tabac consommé contient de la nicotine et crée une forte dépendance ;
  • L’eau ne filtre pas les substances toxiques contenues dans le tabac et ne diminue pas leur nocivité. Elle ne fait que refroidir la fumée, et rend moins désagréable son inhalation ;
  • La combustion du charbon qui chauffe le tabac produit une grande quantité de monoxyde de carbone, et favorise le risque de maladies cardiovasculaires.
  • Les importants volumes de fumée produits exposent les consommateurs (et leur entourage) à de nombreux produits toxiques, tels que des métaux lourds. Par exemple, 45 minutes de shisha produit autant de fumée du tabac qu’une centaine de cigarettes conventionnelles.
  • Fumée en groupe, la pipe à eau expose à des risques de transmission de maladies telles que la tuberculose, l’hépatite, l’herpès ou la mycose.

Pour plus d’informations

Tabac à priser

Tabac à priserLe tabac à priser se présente sous la forme d’une fine poudre consommée par voie nasale. Le tabac à priser est généralement sec, aromatisé (menthe, eucalyptus, cannelle, etc.) et vendu dans de petites boites métalliques.

Ce tabac entraine la même dépendance à la nicotine que le tabac fumé.

Priser du tabac expose à un risque d’inflammation de la muqueuse nasale. Un usage à long terme peut provoquer une obstruction des voies nasales, une diminution de l’odorat, et favoriser le développement de cancers.

Pour plus d’informations

Tabac et cannabis (légal et illégal)

CannabisLe chanvre contient plus de 80 cannabinoïdes, dont le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD).

Cannabis illégal

La consommation de cannabis, ou chanvre dont la teneur en THC est ≥ 1 %, est illégale en Suisse. En raison de son effet psychotrope, cette consommation est interdite par la loi fédérale sur les stupéfiants et les substances psychotropes (LStup).

Cannabis légal et CBD

La consommation de chanvre contenant du CBD (indépendamment des concentrations) et < 1 % de THC est autorisée en Suisse. Ceci repose sur le fait que le CBD n’a pas d’effet psychoactif, mais un effet relaxant. Ces produits sont considérés comme des succédanés de tabac destinés à être fumés. 

Le cannabis, légal ou illégal, est la plupart du temps fumé en étant mélangé à du tabac. Les fumeurs de cannabis sont donc confrontés aux mêmes dangers que les fumeurs de cigarettes conventionnelles, avec de forts risques de dépendance à la nicotine, de maladies et de décès. Fumé pur (sans ajout de tabac), la combustion du cannabis, légal ou illégal, expose également à des substances nocives pour la santé.

Marijuana, haschisch

Le cannabis à teneur en THC ≥ 1 % est consommé la plupart du temps sous la forme de marijuana (herbe) ou de haschisch (résine). En cas de mélange avec de tabac, les effets de la nicotine peuvent s'ajouter aux effets psychoactifs. 

L’intensité des effets psychoactifs dépend de plusieurs facteurs (dosage, mode de consommation, vulnérabilité personnelle, etc.). On rapporte généralement un état d’ivresse (« high »), une diminution des capacités de concentration et de réaction, des troubles de la mémoire. Ces altérations accentuent le risque d’accident de la circulation, diminuent les performances scolaires ou professionnelles, et altèrent les interactions sociales.

Pour plus d’informations

Dernière mise à jour: 17.10.2022