Recommandations pour l'alimentation du bébé

Les habitudes alimentaires se mettent en place dès le plus jeune âge.

Pendant la première année, l’enfant passe d’une alimentation exclusivement lactée à l’alimentation servie à la table familiale.

Cette évolution suit le développement du bébé: système digestif et rénal, développement psychomoteur, intérêt pour la nourriture, etc.


Début de l'alimentation solide

Période d’introduction des aliments solides
  • Au plus tôt: dès 5 mois (4 mois révolus): avant, le système digestif n’est pas assez développé, le lait maternel ou en poudre est à la base de l’alimentation.
  • Au plus tard: 7ème mois (6 mois révolus) car le lait n’est plus suffisant pour couvrir les besoins du bébé.
Choix et quantités des aliments
  • Selon les habitudes culturelles et familiales.
  • En Suisse, les légumes et fruits sont introduits en premier, ensuite ce sont les pommes de terre et les céréales.
  • Privilégier les produits locaux et de saison.
  • Diversifier un maximum les goûts et saveurs et évoluer sans trop tarder avec les textures alimentaires pour enrichir ses cinq sens: goût, odorat, toucher mais aussi vue et ouïe.
  • Les quantités varient selon les enfants et selon les jours. Il n’y a pas de règle. Le bébé, dès sa naissance, est capable de réguler ses apports: faire confiance à son bébé en respectant sa faim.
  • Maintenir un rythme de repas régulier, et éviter de lui proposer de la nourriture (grignotage) entre les repas et collations.
  • Pour assurer un bon développement du bébé:
    • Proposer des quantités adaptées de viande, poisson, œufs, légumineuses et produits à base de soja comme le tofu, pour couvrir les apports en fer
    • Ajouter tous les jours une petite quantité d’huile de bonne qualité (par exemple: colza, olive)
Boissons
  • Au début de la diversification, compléter les repas par le lait maternel ou le biberon. La quantité de lait diminue avec l’augmentation progressive des quantités de nourriture. Cela va permettre à terme de supprimer totalement le lait de complément.
  • Avec l’augmentation des repas solides, prenez l’habitude de proposer de l’eau à votre enfant.
  • Privilégier l’eau du robinet et les tisanes non sucrées. Ne pas donner de boissons sucrées ou de jus de fruits, même «spécial nourrissons». Ils donnent au bébé l’envie de sucre et favorisent les carries sur les premières dents.
  • Boissons végétales (riz, amande, avoine, etc.): elles ne sont pas adaptées aux nourrissons. Leur composition est très différente du lait maternel ou en poudre. Elles ne peuvent donc pas les remplacer. De plus, elles contiennent beaucoup de sucres.
Sucre, sel et assaisonnements
  • Utiliser des fines herbes (persil, basilic, etc.) ou des épices douces (cannelle).
  • Ne pas saler les préparations (sels, aromates, bouillons, sauce soja, etc.).
  • Éviter d’ajouter du sucre, du miel et d‘autres produits sucrants avant 1 an, voire plus tard.

Vidéos d'explication sur quand commencer l'alimentation à la cuillère, comment introduire le premier, le deuxième et le troisième repas et quelles quantités donner à son enfant.

 

 


Préparation des purées

Petits pots

Petits pots achetés en magasin

Avantages

  • Pratiques et rapides à préparer
  • Bonne solution pour dépanner

Inconvénient

  • N’habituent pas le bébé à manger les aliments de la cuisine familiale

Faire attention à

  • Choisir des pots sans sel, sans arômes (vanille, vanilline), sans sucres ajoutés ou autres produits sucrants
  • Choisir des pots avec de l’huile de colza ou d’olive

Petits pots maison

Avantages

  • Plus grande variété des aliments et des saveurs
  • Meilleur contrôle des ingrédients
  • Meilleur marché

Inconvénient

  • Plus de temps à faire (mais permet de préparer de plus grandes quantités, à conserver pour plusieurs repas)
Préparation des purées
  • Choisir des légumes ou des fruits régionaux et de saison (cf. calendrier des fruits et légumes de saison)
  • Bien nettoyer et cuire dans un peu d’eau
  • Mixer, hacher, écraser ou couper en petits morceaux, en fonction de l’âge de l’enfant
  • Ajouter éventuellement des fines herbes ou épices douces
  • Mettre dans des petits pots et laisser refroidir

Conservation

  • Au frigo durant 24 heures maximum
  • Au congélateur (entre -18°C et -24°C), consommer dans les 2 mois

Vidéos d'explication pour la préparation des purées: carotte, pomme de terre et poulet


Contenu de l'assiette équilibrée et conservation des purées maison


Alimentation végétarienne et végétalienne (végane)

Alimentation végétarienne ou ovo-lacto-végétarienne

Ce type d’alimentation est sans viande, sans poisson, mais avec œufs, produits laitiers, tofu, légumineuses (lentilles, graines de haricots, pois chiches, soja, etc.). Il peut convenir à un enfant à certaines conditions:

  • Garantir l’apport en protéines: remplacer la viande et le poisson par d’autres aliments sources de protéines (œufs, fromages, tofu, légumineuses)
  • Veiller à un apport suffisant en vitamines et sels minéraux généralement apportés par la viande et le poisson, en particulier les acides gras oméga 3 et la vitamine B12
  • Opter pour une alimentation équilibrée et variée et consulter la ou le pédiatre ou demander conseil à une diététicienne ou un diététicien diplômé
Alimentation végétalienne ou végane (sans produits animaux)

Ce type d’alimentation, sans produits animaux, est très restreint. Il est donc déconseillé chez l’enfant.

  •  Il peut être une source de carences nutritionnelles qui provoquent de graves troubles du développement.
  • Les parents souhaitant opter pour une alimentation végétalienne sont fortement invités à consulter la ou le pédiatre et se faire conseiller par une diététicienne ou un diététicien diplômé.

Pour plus d’informations sur cette thématique, consulter le site de l’OSAV.


Prévention des allergies

  • L’allaitement exclusif pendant les premiers mois de vie et pendant la phase d’introduction des premiers aliments est la seule prévention efficace.
  • Les restrictions chez la mère qui allaite n’ont pas d’effets sur le développement d’allergie chez le bébé.
  • Retarder l’introduction de certains aliments ne prévient pas le risque d’allergie.
  • Si une allergie est suspectée, consulter la ou le pédiatre et éviter de supprimer des aliments sans diagnostic.


Informations complémentaires