Risques et maladies liés au tabac

  • Fumer cause ou aggrave de nombreuses maladies.
  • Un fumeur meurt en moyenne 11 à 12 ans plus tôt qu’un non-fumeur.
  • En Suisse, le tabagisme est responsable de 9’500 décès par an, soit 15% de tous les décès. Il est la principale cause de décès évitable.


Cancers et maladies

Cancers

La fumée du tabac contient environ 7’000 substances, dont plus de 70 sont reconnues comme cancérigènes.

Fumer du tabac favorise l’apparition d’un cancer. Ce risque augmente avec la durée du tabagisme et la quantité de tabac fumée.

Le cancer du poumon est considéré comme le cancer type du fumeur. Le tabac favorise aussi l’apparition d’autres cancers : bouche, larynx, pharynx, œsophage, estomac, foie, pancréas, vessie, reins, uretère, col de l’utérus, colorectal et la leucémie.

Pour en savoir plus : Ligue suisse contre le cancer, à propos du cancer

Maladies du cœur et de la circulation

La consommation de cigarette augmente les risques de développer des maladies cardiovasculaires tels que :  

  • les cardiopathies coronariennes : crise cardiaque ou infarctus, angine de poitrine
  • les maladies cérébrovasculaires : accident vasculaire cérébral – AVC
  • l’artériopathie des membres inférieurs.

Les maladies cardiovasculaires sont parmi les premières causes de décès en Suisse.

Pour en savoir plus : Stop-tabac, maladies cardiovasculaires liées au tabagisme

Maladies des voies respiratoires

Les poumons et les bronches sont les premiers organes à être affectés par les substances irritantes présentes dans la fumée du tabac : ammoniac, formaldéhyde, acroléine, …

Les maladies respiratoires causées ou associées au tabagisme sont nombreuses : broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), infections respiratoires, asthme ou encore emphysème pulmonaire.

Pour en savoir plus : Stop-tabac, maladies respiratoires dues au tabac


Diabète, alcool et grossesse

Diabète et tabac

Le tabagisme augmente le risque de développer un diabète de type 2.

Cela est en partie causé par la prédominance de la graisse située au niveau abdominal chez les fumeurs, ainsi que par l’action de certaines substances contenues dans le tabac sur le système de régulation du sucre dans le sang. Quand une personne fumeuse cumule d’autres habitudes de vie défavorables à la santé (alimentation déséquilibrée, manque d’exercice, etc.), le risque de développer un diabète augmente encore d’avantage.

Le tabagisme, comme le diabète, augmente le risque de maladies cardiovasculaires : leurs risques s’additionnent. Les fumeurs diabétiques s’exposent donc à un risque particulièrement élevé de maladies du cœur et de la circulation, ainsi que d’attaque cérébrale. Le tabagisme aggrave aussi les complications du diabète au niveau des reins.

L’arrêt du tabac a une importance capitale dans le traitement du diabète tant pour assurer un niveau de sucre dans le sang normal que pour limiter le développement des complications du diabète. Il est ainsi important d’arrêter de fumer le plus vite possible à partir du moment où le diabète a été diagnostiqué.

Pour en savoir plus : Stop-tabac, diabète et tabac ; diabètevaud, fiches pratiques

Alcool et tabac

L’alcool et le tabac agissent sur le circuit de la récompense dans le cerveau. La dépendance prend naissance et se maintient active dans ce circuit. Ainsi, boire donnerait envie de fumer et vice-versa.

Des facteurs génétiques communs favoriseraient également le développement d’une dépendance simultanée aux deux substances (co-dépendance). D’autres facteurs psychologiques, sociaux et environnementaux influencent aussi cette co-dépendance : état de santé mentale, conditions de vie, entourage social, valeurs et normes socioculturelles, environnement économique et contexte structurel.

Les effets du tabagisme et d’une consommation excessive d’alcool se renforcent mutuellement et multiplient le risque de développer certains cancers : bouche, gorge, œsophage.

L’arrêt du tabac lors d’antécédent de problème d’alcool est possible et ne semble pas menacer le sevrage d’alcool. Il pourrait même aider à rester abstinent à l’alcool. Selon la motivation et l’état psychique de la personne, l’arrêt du tabac peut se faire en même temps que le sevrage d’alcool.

Pour en savoir plus : Stop-tabac, alcool et tabagisme

Grossesse et tabac

Fumer pendant une grossesse augmente le risque d’apparition de différentes complications telles que :

  • Fausse couche
  • Grossesse extra-utérine
  • Mort fœtale in utero
  • Naissance prématurée
  • Petite poids de naissance
  • Malformations

Après l’accouchement, la consommation de tabac durant la grossesse est associée à un accroissement du risque chez l’enfant:

  • Mort subite du nourrisson
  • Diminution de la fonction respiratoire
  • Infections respiratoires dans les premières années de vie et d’asthme ou de symptômes respiratoires dans l’enfance
  • Troubles du comportement, en particulier TDHA
  • Surpoids et d’obésité

Il est recommandé d’arrêter de fumer avant la grossesse.

L’arrêt reste bénéfique à n’importe quel moment de la grossesse, pour la maman, le fœtus ou l’enfant à venir. Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer.

Pour en savoir plus : Stop-tabac, grossesse et tabac ; Stop-tabac, cigarettes et allaitement ; AT-Suisse, grossesse


Tabagisme passif

Définition

Fumer dégage deux types de fumée:

  • celle qui s’échappe du tabac qui brûle (cigarette, cigare, shisha, etc.)
  • celle que le fumeur rejette en expirant.

Le tabagisme passif est le fait d’inhaler de façon involontaire ces deux types de fumée, qui contiennent les mêmes substances toxiques et cancérigènes que la fumée aspirée par les fumeurs.

Risques du tabagisme passif

Pour les enfants

  • Irritation des yeux, du nez et de la gorge
  • Rhume et otites
  • Asthme, crise d’asthme et maladies respiratoires (pneumonies, bronchites et toux)
  • Moins bon fonctionnement des poumons
  • Mort subite du nourrisson

Pour les adultes

  • Cancer du poumon
  • Maladies cardio-vasculaires
  • Asthme et infections des voies respiratoires

Il n’y a pas de niveau au-dessous duquel la fumée du tabac serait sans danger. Même la plus petite quantité est mauvaise pour la santé.

Protection

La seule protection efficace contre le tabagisme passif est de vivre et de travailler dans un espace complètement non-fumeur.

Les interdictions de fumer dans les lieux publics protègent les employés et bénéficient à l’ensemble de la population.

Fumée tertiaire

Les substances toxiques contenues dans la fumée passive peuvent rester pendant plusieurs semaines, voire des mois, dans l’environnement après la dernière consommation de cigarette (ou d’un autre produit du tabac).

On parle de « fumée tertiaire » pour parler des résidus de fumée qui se déposent sur les surfaces, les revêtements d’un environnement fumeur ou sur les vêtements, les cheveux et les mains des fumeurs·euses.

Les enfants en bas âge sont particulièrement vulnérables et exposés en touchant les différentes surfaces et en portant les objets à la bouche. Ces résidus de la fumée du tabac peuvent être absorbés par la bouche, par inhalation ou par la peau.

Pour en savoir plus : Stop-tabac, fumée passive ; AT-Suisse, fumée passive

Dernière mise à jour: 06.12.2022