Les aspects sanitaires du travail de la police avec les consommateurs de drogues

Abstract

Dans le cadre du deuxième programme de mesures de la Confédération pour réduire les problèmes liés à la drogue (ProMeDro II), l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) entend intensifier la collaboration entre les trois piliers prévention, aide à la survie et thérapie d'une part et celui de la répression d'autre part. Au niveau fédéral, c'est l'Office fédéral de la police (OFP) qui assume la responsabilité de ce quatrième pilier de la politique fédérale en matière de drogue.

Jusqu'à présent, ce quatrième pilier n'avait donné lieu à aucune évaluation de la part de l'Office fédéral de la santé publique. Pourtant, différents acteurs de la répression, dont en particulier la police, ont régulièrement des contacts directs avec les consommateurs de drogues dans le cadre de l'accomplissement de leurs tâches. Le travail effectué par la police dans le secteur des stupéfiants a des conséquences pour la santé des consommateurs de drogues; les activités de la police et celles des services sanitaires et sociaux se recoupent en maints endroits. La polarisation entre intervention policière et intervention sociosanitaire a certes cédé la place à une coopération croissante. Les acteurs de la répression et ceux de la santé continuent néanmoins d'assumer des missions et des tâches différentes et, partant, des rôles spécifiques qu'il convient de définir précisément.

La présente étude interdisciplinaire a pour objet de faire le point sur les bases juridiques qui fondent l'intervention de la police et sur la manière dont les membres des forces de l'ordre se représentent leur rôle en rapport avec la santé des consommateurs de drogues en tenant compte de l'organisation structurelle de la police dans son ensemble. 

 

Voir aussi version en allemand: Gesundheitliche Aspekte der Polizeiarbeit im Drogenbereich.

Type de publication : Raisons de santé