Enquêtes populationnelles sur la victimisation et la délinquance chez les jeunes adultes dans le canton de Vaud

Abstract

La délinquance des jeunes et leur consommation de substances psychoactives sont des thèmes très médiatisés suscitant de nombreuses inquiétudes dans la population. Les enquêtes standardisées auprès des jeunes concernant la délinquance qu’ilsa ont expérimentée, en tant qu’auteurs ou victimes, constituent une source précieuse pour mieux comprendre d’autres comportements à risque. Elles permettent également de décrire et de mieux cerner les contextes dans lesquels se produisent ces comportements et leurs potentielles causes. Ces enquêtes sont un moyen efficace de dresser un état des lieux qui va bien au-delà de ce que peuvent montrer les statistiques officielles de la police et de la justice.

Une enquête populationnelle sur les victimisations et la délinquance chez les adolescents dans le canton de Vaud a été effectuée sur mandat du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) en 2014 auprès de plus de 2'600 élèves de 1112. Les quelques recherches menées auprès des jeunes adultes en Suisse se sont principalement intéressées à la santé des jeunes et à la consommation des substances psychoactives et non pas à la violence et autres comportements déviants. A notre connaissance, aucune donnée de ce genre n’existe auprès des jeunes adultes dans le canton de Vaud. En Suisse, seule une étude récente a été menée à Zurich auprès de jeunes de 18-19 ans

Sachant que les jeunes adultes adoptent plus fréquemment des conduites à risques, tels que la consommation de substances psychoactives, la commission d’actes violents, et que les recherches sur cette population sont rares, en 2017, le DFJC a financé une enquête menée auprès de 1’570 jeunes en 2ème année post-obligatoire afin de proposer une photographie des comportements de ces derniers dans le domaine de la violence et autres comportements déviants, de l’usage de substances psychoactives ainsi que de leur santé mentale. Cette étude permet ainsi de comparer les résultats à ceux de l’enquête de 2014 menée auprès des jeunes en 11ème année HarmoS, puisque nous retrouvons la même volée de jeunes trois ans après.

La première partie de ce rapport présente la situation en termes de victimisation, de violence, de délinquance, du harcèlement entre pairs, ainsi que de la consommation de substances psychoactives, en comparant les résultats selon le type de formation (gymnasiens vs apprentis). La deuxième partie s’intéresse aux relations abusives et violentes au sein de jeunes couples. La troisième partie s’intéresse quant à elle aux minorités sexuelles. La dernière partie compare les résultats de la victimisation, de la violence, de la délinquance, du harcèlement entre pairs, et de la consommation de substances psychoactives entre les jeunes de 11ème année HarmoS (moyenne d’âge = 15 ans, ci-après les « jeunes de 15 ans ») et ceux en 2ème année post-obligatoire (moyenne d’âge=18 ans, ci-après les « jeunes de 18 ans »).

Type de publication : Raisons de santé